← Précédent

Avis du Comité pour l’Evaluation des Risques en Matière de Pharmacovigilane européen sur le zolpidem (Stilnox® et génériques).

Le PRAC a initié en juillet 2013 une procédure de réévaluation du rapport bénéfice/risque des médicaments à base de zolpidem en raison d’effets indésirables rapportés tels que des accidents de la circulation ou des états de somnambulisme. Ces médicaments sont des somnifères apparentés à la classe des benzodiazépines. Comme tous les somnifères, ils font courir le risque d’une diminution de la vigilance au réveil et, de ce fait, de possibles accidents dont des accidents de la circulation. En France, les médicaments à base de zolpidem (Stilnox et génériques) sont indiqués dans le traitement des troubles sévères du sommeil en cas d’insomnie occasionnelle ou transitoire. Le risque de diminution de la vigilance et une mise en garde en cas de conduite de véhicules sont inscrits dans le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP).

Afin de réaliser une revue plus détaillée du profil de sécurité du zolpidem et de statuer sur son  efficacité à plus faible dose, une procédure de réévaluation de son rapport bénéfice-risque a été initiée. Les Pays-Bas et l’Italie étaient en charge de cette évaluation. Le dossier a fait l’objet d’une précédente discussion au PRAC de décembre 2013 et était discuté pour finalisation de la recommandation au PRAC de mars.

Le risque d’accident de la circulation et de somnambulisme est avéré. La prise en compte des données de pharmacocinétique est en faveur d’une augmentation de la concentration sanguine chez la femme, la personne âgée et l’insuffisant hépatique. Une réduction de la posologie chez la personne âgée et l’insuffisant hépatique est déjà mentionnée dans le RCP avec une posologie recommandée de 5 mg. Cependant, l’analyse des cas ne met pas en évidence de différence de risque entre les hommes et les femmes. De plus, les données disponibles ne permettent pas de confirmer l’efficacité de la dose de 5 mg dans la population générale.

Par conséquent, il n’a pas été possible de recommander une posologie à 5 mg. Néanmoins, des mesures de minimisation de risque ont été adoptées par le biais de modifications du RCP avec notamment l’ajout des mentions suivantes :

  • la dose la plus faible possible doit être utilisée et elle ne doit pas excéder 10 mg/jour,
  • la dose doit être prise en une seule fois,
  • le médicament ne doit pas être réadministré au cours de la nuit,
  • le médicament doit être pris au moment du coucher avec un intervalle de 7 à 8 heures avant la conduite de véhicules.

Ces produits étant tous autorisés au niveau national, c’est le CMD(h) qui adoptera une position finale lors de sa réunion d’avril 2014. En l’absence de consensus au CMD(h), la position de la majorité des membres sera transmise à la Commission européenne qui aura 67 jours pour rendre une décision sur la base de cet avis.

L’ANSM rappelle que les somnifères dont le zolpidem doivent être utilisés pendant la durée la plus brève possible et à la plus faible dose efficace. Par ailleurs, ils doivent être pris au moment du coucher.  Une durée de 7 à 8 heures doit être respectée avant de reprendre une activité qui nécessite de la vigilance  et ces médicaments ne doivent pas être utilisés pour traiter les réveils de milieu de nuit.