← Précédent

Nouvelles recommandations de minimisation des risques sous régadénoson (Rapiscan®) après l’administration d’aminophylline.

Ces nouvelles recommandations ont été établies afin de minimiser le risque de survenue d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) et de prolongation des crises convulsives induites par le régadénoson après l’administration d’aminophylline.

Le régadénoson (Rapiscan®) est un vasodilatateur coronarien sélectif destiné à être utilisé comme agent de stress pharmacologique lors de la scintigraphie de perfusion myocardique chez les patients adultes ne pouvant réaliser une épreuve d’effort adéquate. Ce médicament est à usage diagnostique
uniquement.

Accident vasculaire cérébral

  • Des cas d’accidents vasculaires cérébraux, dont certains ont été observés après une augmentation cliniquement significative de la pression artérielle, une hypotension sévère ou une aggravation d’une fibrillation auriculaire, ont été rapportés après l’administration de régadénoson.
  • Chez les patients présentant une hypertension non contrôlée, le report de l’administration de régadénoson doit être envisagé jusqu’à ce que la pression artérielle soit bien contrôlée. Il doit être utilisé avec prudence chez les patients ayant des antécédents de fibrillation ou flutter auriculaire.
  • Le régadénoson ne doit pas être administré chez les patients présentant une hypotension sévère.

Des modifications cliniquement significatives de la pression artérielle (hypertension et hypotension) et l’aggravation ou la récidive d’une fibrillation auriculaire associées à l’administration de régadénoson augmentent le risque d’AVC. Sur la base d’une analyse récente des cas d’AVC émanant de la notification spontanée, il a été conclu que le régadénoson peut provoquer un AVC. Par conséquent, le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) a été actualisé pour inclure des mises en garde concernant le risque d’AVC, le risque d’élévation de la pression artérielle et de crise hypertensive survenus dans certains cas d’AVC hémorragique. Conformément aux recommandations figurant dans le RCP, le régadénoson doit être utilisé avec prudence chez les patients présentant ou ayant un risque d’hypotension ou de fibrillation auriculaire.

Prolongation des crises convulsives induites par le régadénoson après l’administration d’aminophylline.

  • Des cas de prolongation de crises convulsives après l’administration d’aminophylline ont été rapportés.
  • L’administration d’aminophylline n’est pas recommandée si le seul but est de faire cesser une crise convulsive induite par le régadénoson.
  • La prudence s’impose en cas d’administration de régadénoson chez des patients avec des antécédents de crises convulsives ou présentant d’autres facteurs de risque de convulsions, tels que l’administration concomitante de médicaments qui abaissent le seuil épileptogène.

L’aminophylline peut être administrée pour atténuer les effets indésirables sévères ou persistants du régadénoson. Cependant, une analyse récente des cas de crises convulsives induites par le régadénoson a montré que l’administration d’aminophylline peut prolonger ces crises en raison de son effet proconvulsivant connu. Par conséquent, l’administration d’aminophylline n’est pas recommandée si le seul but est de faire cesser une crise convulsive induite par le régadénoson.

Le RCP de Rapiscan® a été actualisé pour inclure ces nouvelles informations de sécurité et recommandations.