← Précédent

Pomalidomide (Imnovid®) : nouvelles recommandations importantes pour minimiser les risques d’hépatotoxicité grave, de pneumopathie interstitielle diffuse et d’insuffisance cardiaque.

Le pomalidomide est indiqué, en association avec la dexaméthasone, dans le traitement du myélome multiple en rechute et réfractaire chez les patients adultes ayant déjà reçu au moins deux traitements antérieurs comportant le lénalidomide et le bartézomib et dont la maladie a progressé pendant le dernier traitement.

Une revue des données de sécurité par les autorités de santé européennes dans le cadre de la surveillance régulière du pomalidomide, a conclu que le pomalidomide peut provoquer des cas d’hépatotoxicité grave, de pneumopathie interstitielle diffuse et d’insuffisance cardiaque. ces données sont basée sur les données issues des essais cliniques, de la notification spontanée et de la littérature.

  • Il est recommandé de contrôler régulièrement les paramètres de la fonction hépatique pendant les 6 premiers mois de traitement par le pomalidomide, puis, selon les données cliniques du patient.
  • L’apparition subite ou l’aggravation de symptômes pulmonaires doivent être recherchés attentivement afin d’éliminer le diagnostic de pneumopathie interstitielle diffuse. Le traitement par pomalidomide doit être suspendu pendant toute la durée de l’évaluation de ces symptômes. Si le diagnostic de pneumopathie interstitielle diffuse est confirmé, le traitement par le pomalidomide ne doit être repris qu’après une évaluation attentive du rapport bénéfice/risque.
  • Le pomalidomide doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant une cardiopathie préexistante ou des facteurs de risque cardiaque. Une surveillance régulière doit être mise en place afin d’identifier la survenue de signes ou symptômes évocateurs d’une insuffisance cardiaque.

Pour plus d’informations -> Lettre aux professionnels de santé.