← Précédent

Sofosbuvir – Daclastavir : Risque d’arythmies cliniquement significatives en association avec amiodarone.

Suite à la notification de cas de bradycardie sévère et de troubles de la conduction sous Harvoni® (sofosbuvir/lédipasvir), Sovaldi® (sofosbuvir) et Daklinza® (daclatasvir), des antiviraux d’action directe dans le traitement de l’hépatite C, lors de leur co-administration avec l’amiodarone, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) en accord avec l’Agence européenne des médicaments (EMA) souhaite vous communiquer une information importante de sécurité d’emploi concernant l’utilisation de ces molécules.

——–

Huit cas de bradycardie sévère ou de troubles de la conduction (dont un cas fatal) ont été rapportés dans le cadre de la pharmacovigilance : 3 cas sous association lédipasvir + sofosbuvir  (Harvoni®) et 5 cas sous sofosbuvir (Sovaldi®) en association avec daclatasvir  (Daklinza®) chez des patients traités par amiodarone.

  • Six cas sont survenus dans les 24 premières heures, tandis que les deux autres cas sont survenus dans les 2 à 12 premiers jours qui ont suivi l’instauration du traitement de l’hépatite virale C.
  • Dans un cas, il s’agissait d’un arrêt cardiaque fatal et deux autres cas ont nécessité la pose d’un stimulateur cardiaque.
  • Dans deux cas, la réintroduction du traitement antiviral C, alors que le traitement par amiodarone était maintenu, a entraîné une récidive symptomatique de la bradycardie.
  • Dans un cas, la réintroduction du traitement antiviral huit jours après l’arrêt de l’amiodarone a entraîné une récidive de la bradycardie, ce qui n’a pas été le cas lors d’une réintroduction du traitement huit semaines après l’arrêt de l’amiodarone

La  bradycardie  a  été  observée  dans  les  quelques  heures  et  jusqu’à  deux  semaines  après  l’instauration  du traitement antiviral de l’hépatite C.

  •  L’amiodarone  ne  doit  être  utilisée  chez  les  patients  traités  par  Harvoni®  ou  par  Sovaldi®  en  association   avec  Daklinza® qu’en cas d’intolérance ou de contre-indication aux autres traitements anti-arythmiques. 
  •  Si le recours à l’association de l’amiodarone et de  Harvoni® ou de l’amiodarone et de Sovaldi® plus Daklinza® est inévitable,  il  est  recommandé  de  surveiller  étroitement  les  patients,  en  particulier  pendant  les  premières semaines de traitement.
  •  Les  patients  identifiés  comme  étant  à  risque  élevé de  bradyarythmie  doivent  être  surveillés  de  manière continue en milieu hospitalier pendant 48 heures après le début de la co-administration du traitement antiviral et de l’amiodarone.
  •  En  raison  de  la  longue  demi-vie  de  l’amiodarone,  une  surveillance  appropriée  doit  être  également  effectuée chez  les  patients  ayant  arrêté  l’amiodarone  au  cours  des  derniers  mois  et  devant  commencer  un  traitement par Harvoni ou par Sovaldi en association avec Daklinza®.

Les patients traités par Harvoni® ou par Sovaldi® en association avec Daklinza® et recevant de l’amiodarone avec ou sans autres médicaments bradycardisants doivent aussi être avertis des symptômes de bradycardie et de troubles  de  conduction  cardiaque ;  ils  doivent  être  informés  de  la  nécessité  de  consulter  un  médecin en urgence s’ils ressentent ces symptômes.

Le mécanisme à l’origine de ces observations n’est pas établi et d’autres cas (survenus à la suite de l’utilisation concomitante de sofosbuvir avec un antiviral à action directe [AAD] autre que daclatasvir ou lédipasvir, ou en l’absence d’amiodarone) sont actuellement en cours d’évaluation.

Le nombre de patients traités par l’amiodarone et ayant été exposés à Harvoni® ou Sovaldi® en association avec Daklinza® n’étant pas connu, il n’est pas possible d’estimer l’incidence de la survenue de ces événements.

Les informations relatives à ces médicaments seront mises à jour avec ces nouvelles informations et recommandations.

cf. lettre d’information de l’ANSM

Mai 2015_ Arythmie sous Harvoni Sovaldi® Daklinza®