Rechercher un article par date :

Archives du mot-clef Addictovigilance

Pharmacovigilance et addictovigilance dans le contexte du COVID-19 : Une surveillance renforcée.

Dans le cadre de sa mission de surveillance des effets indésirables liés aux médicaments, l’ANSM a mis en place un dispositif spécifique de surveillance renforcée dans le contexte particulier du COVID-19. Portant sur les effets indésirables liés aux médicaments, sur la pharmacodépendance mais également sur les erreurs médicamenteuses et les cas de surdosage, cette surveillance renforcée s’inscrit en complément du suivi continu des effets indésirables liés aux médicaments, ainsi qu’en complément de la surveillance réalisée dans le cadre des essais […]

Inscription du kratom sur la liste des psychotropes.

Le kratom et ses composés[1] sont désormais inscrits sur la liste des psychotropes[2] , compte tenu des risques graves pour la santé liés à la consommation de cette plante.En conséquence, leur détention et leur achat sont maintenant interdits[3] .Cette mesure fait suite aux résultats d’une enquête confiée par l’ANSM au réseau national d’addictovigilance (CEIP-A[4] ) sur la période 2007-2018. Elle a rapporté vingt cas de consommations de kratom avec une augmentation du nombre d’intoxications ces dernières années (14 cas depuis […]

Codéine, dextrométhorphane, éthylmorphine et noscapine : Modifications des règles de délivrance.

La ministre des Solidarités et de la Santé a signé le 12 juillet 2017 un arrêté modifiant les exonérations à la réglementation des substances vénéneuses, des spécialités pharmaceutiques à base de codéine, dextrométhorphane, éthylmorphine et noscapine. L’arrêté est publié ce jour, le jeudi 13 juillet 2017 et prendra effet demain, vendredi 14 juillet 2017. A partir du 14 juillet 2017, il ne sera plus possible de délivrer ces médicaments sans ordonnance. Par conséquent, à compter de vendredi 14 juillet 2017, […]

Inscription de nouveaux cannabinoïdes de synthèse sur la liste des stupéfiants.

Les cannabinoïdes de synthèse (CS) sont des substances utilisées à des fins récréatives et ayant des effets psychoactifs similaires au delta 9-tétrahydrocannabinol, principale substance active du cannabis. Leur consommation expose à des risques graves sur le plan physique et psychique avec un potentiel d’abus et de dépendance. Du fait de ces risques, 12 familles chimiques ainsi que 10 nouvelles substances ont été inscrites sur la liste des stupéfiants.[1] Les cannabinoïdes de synthèse se présentent généralement sous forme de mélanges de […]

Etat des lieux de la consommation des benzodiazépines.

Une diminution modérée de la consommation des benzodiazépines est observée en France depuis ces trois dernières années. Bien que le niveau en 2015 soit le plus bas que l’on ait observé depuis 2000, le nombre de français consommant une benzodiazépine reste encore trop élevé, en particulier chez les plus de 65 ans. Aussi, il demeure nécessaire de continuer à mobiliser l’ensemble des professionnels de santé et de renforcer l’information des patients sur les risques liés aux benzodiazépines tout en gardant […]

Mise à disposition d’un spray nasal de naloxone auprès des usagers de drogues pour le traitement d’urgence des surdoses aux opioïdes.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a octroyé une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) pour un spray nasal contenant de la naloxone. Ce médicament est destiné au traitement d’urgence des overdoses aux opioïdes dans l’attente d’une prise en charge médicale. Il est dès à présent disponible auprès des professionnels de santé impliqués dans la prise en charge des usagers de drogues. Une formation à son utilisation est un prérequis indispensable avant sa délivrance. Rappels de […]

Risques d’abus, de mésusage et de pharmacodépendance liés à l’utilisation de la prégabaline (Lyrica® et génériques).

Nous souhaitons vous mettre en garde sur les conditions de prescription de la prégabaline, en particulier chez les patients ayant des antécédents de toxicomanie. En effet, depuis 2010, les spécialités à base de prégabaline font l’objet de signalements de cas d’abus et de dépendance en France et en Europe, justifiant la mise en place en 2013 d’un suivi national d’addictovigilance La prégabaline (Lyrica® et génériques) est indiquée dans le traitement de l’épilepsie partielle et des troubles anxieux généralisés. La spécialité […]

Risque d’abus et d’usage détourné avec les antinaupathiques diménhydrinate (Mercalm®, Nausicalm®) et diphénhydramine (Nautamine®).

La diphénhydramine (Nautamine®) et le diménhydrinate (Mercalm®, Nausicalm®) sont des antihistaminiques H1 de première génération indiqués dans « la prévention et le traitement du mal des transports ». Nausicalm® est également indiqué dans le « traitement symptomatique de courte durée des nausées et des vomissements non accompagnés de fièvre ». Ces trois spécialités ne sont pas soumises à une prescription médicale obligatoire. Suite à la notification de plusieurs cas d’abus auprès du réseau des Centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance (CEIP), une enquête […]

Usage détourné de médicaments antitussifs à base de dextrométhorphane chez les adolescents et les jeunes adultes.

L’utilisation détournée de médicaments antitussifs à base de dextrométhorphane a été mise en évidence ces dernières années chez des sujets toxicomanes mais aussi chez des adolescents ou des jeunes adultes à des fins récréatives. Le dextrométhorphane (DXM) est un dérivé morphinique antitussif d’action centrale indiqué chez l’enfant et l’adulte dans le traitement de courte durée des toux sèches et d’irritation. Commercialisé dans de nombreuses spécialités, il se présente sous différentes formes (sirop, comprimé, gélule, capsule, pastille et sachet-dose). Son utilisation […]

Risques liés à l’utilisation de l’oxycodone, antalgique opioïde de palier III.

L’oxycodone est un antalgique de palier III, comme le sont la morphine et le fentanyl, et elle présente, à ce titre, un risque d’abus et de pharmacodépendance similaire. Par conséquent, son utilisation doit être réservée aux traitements des seules douleurs sévères qui ne peuvent être correctement traitées que par des analgésiques opioïdes forts, en particulier dans les douleurs d’origine cancéreuse. Les spécialités pharmaceutiques à base d’oxycodone sont disponibles en France depuis 2002 sous formes de comprimé[1] , de solution buvable[2] […]