Rechercher un article par date :

Archives du mot-clef Dépakine

Médicaments contenant du valproate : Le niveau d’application des conditions de prescription et de délivrance est insuffisant.

Plusieurs mesures ont été mises en place par l’ANSM depuis 2015 afin de réduire les risques liés à l’utilisation pendant la grossesse des médicaments contenant du valproate ou un dérivé (Depakine®, Depakine Chrono® 500, Micropakine®, et génériques, Depakote®, Depamide®) et en particulier une démarche sécurisée de prescription et de délivrance. Cette démarche repose sur la présentation en pharmacie pour les patientes d’un formulaire d’accord de soin cosigné avec le médecin spécialiste associé à une ordonnance de ce spécialiste datant de […]

Etude observationnelle ANSM-CNAMTS de l’exposition à l’acide valproïque et ses dérivés au cours de la grossesse en France.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) publient les résultats d’une étude épidémiologique initiée en 2015 et réalisée à partir des données du système national interrégimes de l’assurance maladie (SNIIRAM). Elle a pour objectif principal d’estimer la fréquence de l’exposition à l’acide valproïque et ses dérivés chez les femmes enceintes et son évolution durant la période 2007 à 2014, de façon globale et selon […]

Valproate et dérivés : alternatives thérapeutiques chez les filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes.

Le valproate de sodium et ses dérivés sont des principes actifs aux effets tératogènes connus qui exposent à un risque de malformations congénitales et à un risque élevé de troubles graves neuro-développementaux. En raison de ces risques, les spécialités contenant du valproate ou ses dérivés ne doivent pas être prescrites chez les filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes, sauf en cas d’inefficacité ou d’intolérance aux alternatives thérapeutiques. Dans ce contexte, la Haute Autorité de Santé (HAS) […]

Valproate et dérivés (Dépakine*, Dépakote*, Dépamide*, Micropakine* et génériques) : Rappel de l’échéance du 31 décembre 2015 relative à la mise en application des nouvelles conditions de prescription et de délivrance.

Ces spécialités ne doivent pas être prescrites chez les filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes, sauf en cas inefficacité ou d’intolérance aux alternatives médicamenteuses. Après le 31 décembre 2015, aucune délivrance de ces spécialités ne pourra se faire aux patientes sans présentation : de la prescription initiale annuelle par un spécialiste, et du formulaire d’accord de soins signé. Les patientes en age de procréer ou susceptibles de l’être un jour et actuellement traitées par ces spécialités […]

Valproate et dérivés : Nouvelles conditions de prescription et de délivrance.

Le valproate (et dérivés) est un principe actif aux effets tératogènes connus qui expose à un risque élevé de malformations congénitales. Les nouvelles données disponibles confirment également que les enfants exposés in utero présentent un risque accru de troubles neurodéveloppementaux (jusqu’à 30 à 40 % des cas). Au regard de ces éléments, de nouvelles conditions de prescription et de délivrance pour les spécialités à base de valproate (et dérivés) s’appliquent aux filles, aux adolescentes, aux femmes en âge de procréer […]

Acide valproïque et dérivés (Dépakine® , Dépakote® , Dépamide® et génériques) pendant la grossesse : risque de malformations et de troubles neuro-développementaux.

En France, l’acide valproïque (valproate) est uniquement indiqué dans le  traitement de l’épilepsie1 (Dépakine® et génériques) et en deuxième intention dans les épisodes maniaques du trouble bipolaire2  (Dépakote® et Dépamide®). L’effet tératogène (malformatif) lié à la prise d’acide valproïque pendant la grossesse est connu depuis de nombreuses années et mentionné dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) de l’ensemble des spécialités à base d’acide valproïque (depuis la validation de l’AMM en 1986).  Des connaissances acquises plus récemment, notamment pharmaco-épidémiologiques, […]