Rechercher un article par date :

Archives du mot-clef europe

Daclizumab (Zinbryta®), docétaxel, inhibiteurs de mTOR, valproate, Mirena®, Facteurs VIII : Retour d’information sur le Comité pour l’Évaluation des Risques en matière de Pharmacovigilance (PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) de juin 2017.

Lors de sa réunion mensuelle, qui s’est tenue du 6 au 9 juin 2017 à Londres, le Comité pour l’évaluation des Risques en matière de Pharmacovigilance (PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a notamment démarré une procédure d’arbitrage pour daclizumab (Zinbryta®), clos le signal concernant docétaxel, poursuivi l’évaluation du signal concernant Mirena® et du signal concernant les inhibiteurs de mTOR. Il a fixé au 26 septembre la première audition publique concernant les risques associés à l’exposition pendant la grossesse […]

Enoxaparine sodique (Lovenox®) : Mise à jour de l’expression du dosage, de sa posologie dans le traitement de la thrombose veineuse profonde, et de l’embolie pulmonaire et de son utilisation en cas d’insuffisance.

Harmonisation des informations concernant les spécialités contenant de l’énoxaparine sodique entre tous les pays européens. – La concentration en enoxaparine sodique doit être exprimée en unités internationales (UI) et en milligrammes (mg). – Deux schémas posologiques sont proposés dans le traitement de la thrombose veineuse profonde (TVP) et de l’embolie pulmonaire (EP) selon le risque de récidive thromboembolique. – La contre-indication en cas d’insuffisance rénale sévère a été supprimée : > Ajustement de la posologie lorsque la Clairance de la […]

Retour du PRAC du 1er décembre 2016 sur les antiviraux d’action directe.

Lors de sa réunion mensuelle, qui s’est tenue du 28 novembre au 1er décembre à Londres, le Comité pour l’Evaluation des Risques en matière de Pharmacovigilance (PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a finalisé la procédure concernant les risques de réactivation du virus de l’hépatite B et de carcinome hépatocellulaire avec les antiviraux d’action directe de l’hépatite C.   Les antiviraux d’action directe [daclatasvir (Daklinza®), dasabuvir (Exviera®), sofosbuvir/ledipasvir (Harvoni®), simeprevir (Olysio®), sofosbuvir (Sovaldi®), ombitasvir/paritaprevir/ritonavir (Viekirax®)] sont indiqués dans le […]

Kétoconazole par voie topique (Ketoderm® et génériques) : informations sur les populations cibles.

En raison de données limitées sur l’utilisation de ces spécialités chez l’enfant, les spécialités à base de kétoconazole 2 %, crème, sont désormais strictement réservées à l’adulte, dans le traitement topique des infections de la peau à dermatophytes, des candidoses cutanées et du Pityriasis versicolor, les spécialités à base de kétoconazole 2 %, gel en sachet, sont désormais indiquées chez l’adulte et l’adolescent (> 12 ans), dans le traitement de la dermite séborrhéique, les spécialités à base de kétoconazole 2 […]

Finalisation de l’évaluation de l’impact du risque de pneumonie sur le traitement de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) par corticoïdes inhalés du Pharmacovigilance Risk Assessment Committee (PRAC) européen.

En France, la béclométhasone, le budésonide ou la fluticasone, corticoïdes inhalés sont largement utilisés, uniquement en association avec les bronchodilatateurs, dans le traitement de la BPCO, une maladie pulmonaire chronique au cours de laquelle les voies respiratoires et les alvéoles pulmonaires sont endommagées. Le risque de survenue de pneumonie lors d’un traitement par corticoïde inhalé chez les patients atteints de BPCO est connu et a déjà été revu en 2007 à la suite de la publication d’une étude[1]  ayant montré […]

Médicaments contenant du valproate et dérivés (divalproate de sodium / valpromide) : renforcement des restrictions d’indication.

Suite à une réévaluation du bénéfice/risque à l’échelle européenne des spécialités à base de valproate et dérivés (valproate de sodium, acide valproïque, valproate de sodium et valpromide), les mises en garde relatives à l’utilisation de ces médicaments ont été renforcées. Les enfants exposés in utero au valproate présentent un risque élevé de troubles graves du développement (jusqu’à 30 à 40 % des cas) et/ou de malformations congénitales (environ 10 % des cas). Le valproate ne doit pas être prescrit aux […]