Rechercher un article par date :

Archives du mot-clef grossesse

Jamais d’AINS à partir du début du 6ème mois de grossesse.

Un nombre important de femmes enceintes restent exposées à des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) à partir du début du 6 ème mois de grossesse (au-delà de 24 semaines d’aménorrhée). Tous les AINS (ex : ibuprofène, kétoprofène, diclofénac…), y compris l’acide acétylsalicylique (aspirine) si sa posologie est supérieure à 100mg par jour , sont contre-indiqués à partir du début du 6ème mois de grossesse, quelle que soit la durée du traitement et la voie d’administration (voie orale, injectable, cutanée…). Ces médicaments […]

Topiramate : Mise en garde sur l’utilisation hors AMM dans les troubles de l’humeur.

De nombreuses prescriptions de topiramate en dehors des conditions de l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) ont été observées, notamment comme thymorégulateur. Sur la base des études réalisées, l’efficacité du topiramate dans les troubles de l’humeur n’est pas démontrée. L’utilisation du topiramate expose les patients à des risques d’effets indésirables potentiellement graves, ainsi qu’à des risques malformatifs chez les enfants exposés in utero. En conséquence, l’utilisation hors AMM des spécialités à base de topiramate est déconseillée. Pour en savoir […]

Etude observationnelle ANSM-CNAMTS de l’exposition à l’acide valproïque et ses dérivés au cours de la grossesse en France.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) publient les résultats d’une étude épidémiologique initiée en 2015 et réalisée à partir des données du système national interrégimes de l’assurance maladie (SNIIRAM). Elle a pour objectif principal d’estimer la fréquence de l’exposition à l’acide valproïque et ses dérivés chez les femmes enceintes et son évolution durant la période 2007 à 2014, de façon globale et selon […]

Antidépresseurs et grossesse.

Ce point concerne le risque de troubles neurodéveloppementaux chez les enfants exposés in utero à certains antidépresseurs. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN) sont indiqués dans la prise en charge des épisodes dépressifs majeurs et, pour certains, dans le traitement des troubles anxieux. Plusieurs études épidémiologiques sur le risque de troubles neuro-développementaux chez l’enfant exposé in utero à ces médicaments sont publiées […]

Valproate et dérivés : alternatives thérapeutiques chez les filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes.

Le valproate de sodium et ses dérivés sont des principes actifs aux effets tératogènes connus qui exposent à un risque de malformations congénitales et à un risque élevé de troubles graves neuro-développementaux. En raison de ces risques, les spécialités contenant du valproate ou ses dérivés ne doivent pas être prescrites chez les filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes, sauf en cas d’inefficacité ou d’intolérance aux alternatives thérapeutiques. Dans ce contexte, la Haute Autorité de Santé (HAS) […]

Valproate et dérivés (Dépakine*, Dépakote*, Dépamide*, Micropakine* et génériques) : Rappel de l’échéance du 31 décembre 2015 relative à la mise en application des nouvelles conditions de prescription et de délivrance.

Ces spécialités ne doivent pas être prescrites chez les filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes, sauf en cas inefficacité ou d’intolérance aux alternatives médicamenteuses. Après le 31 décembre 2015, aucune délivrance de ces spécialités ne pourra se faire aux patientes sans présentation : de la prescription initiale annuelle par un spécialiste, et du formulaire d’accord de soins signé. Les patientes en age de procréer ou susceptibles de l’être un jour et actuellement traitées par ces spécialités […]

Mycophénolate (Cellcept® et génériques et Myfortic®) : Risque d’avortements spontanés et de malformations en cas d’exposition pendant la grossesse.

Les données concernant le risque d’avortements spontanés et de malformations après traitement par mycophénolate (Cellcept® et génériques et Myfortic®) au cours de la grossesse, conduisent à rappeler aux professionnels de santé l’importance de se conformer strictement aux indications des AMM, d’observer la plus grande prudence chez les femmes en âge de procréer et de les informer du risque, dans l’attente des conclusions de l’évaluation européenne en cours. Le mycophénolate est indiqué en association à la ciclosporine et aux corticostéroïdes pour […]

Médicaments contenant du valproate et dérivés (divalproate de sodium / valpromide) : renforcement des restrictions d’indication.

Suite à une réévaluation du bénéfice/risque à l’échelle européenne des spécialités à base de valproate et dérivés (valproate de sodium, acide valproïque, valproate de sodium et valpromide), les mises en garde relatives à l’utilisation de ces médicaments ont été renforcées. Les enfants exposés in utero au valproate présentent un risque élevé de troubles graves du développement (jusqu’à 30 à 40 % des cas) et/ou de malformations congénitales (environ 10 % des cas). Le valproate ne doit pas être prescrit aux […]

Thalidomide Celgene : bilan après quatre ans de commercialisation.

Quatre ans après la commercialisation de Thalidomide Celgene® en France, l’ANSM présente les données de l’observatoire des prescriptions, ainsi que le bilan du suivi national de pharmacovigilance (Bilan réalisé au 31 décembre 2013). Les données de l’observatoire montrent que le plan de prévention des grossesses est respecté et qu’aucune grossesse n’a été détectée chez les 641 femmes en âge de procréer traitées par thalidomide. Le suivi national de pharmacovigilance n’a pas identifié de nouveau signal de sécurité. Thalidomide Celgene® a […]

Pomalidomide (Imnovid®) : Minimisation des risques et programme de prévention des grossesses chez les patients traités.

Le pomalidomide (Imnovid®),  a reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM) en association avec la dexaméthasone dans le traitement du myélome multiple (MM) en rechute et réfractaire chez les patients adultes ayant déjà reçu au moins deux traitements antérieurs comportant le lénalidomide et le bortézomib et dont la maladie a progressé pendant le dernier traitement. Ce médicament est soumis à une prescription hospitalière réservée aux spécialistes en oncologie ou en hématologie, ou aux médecins compétents en cancérologie ou […]