← Précédent

Usage détourné des médicaments antitussifs et antihistaminiques chez les adolescents et jeunes adultes.

Le « purple drank » est un mélange typiquement composé de prométhazine, de codéine et de soda. Son émergence date de la fin des années 1990 dans les Etats du sud des Etats-Unis, depuis son utilisation s’est répandue sur le territoire américain. Il est mésusé essentiellement par une population jeune et constitue actuellement un problème de santé publique aux Etats-Unis.
Les premiers signalements de mésusage ou d’abus de prométhazine en association avec la codéine notifiés auprès du réseau des CEIP (Centre d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance) en France ont conduit l’ANSM à ouvrir une enquête d’addictovigilance sur le potentiel d’abus du « purple drank », de la prométhazine seule ou en association avec la codéine.
Alors que les premiers signalements ont été rapportés au réseau d’addictovigilance de l’ANSM en 2013, on constate depuis une nette augmentation.
Il s’agit de demandes de délivrance suspectes rapportées par des pharmaciens d’officine mais aussi de cas de dépendance ou d’abus ayant pu conduire à une hospitalisation. Les symptômes décrits comprennent notamment des troubles de la vigilance (somnolence) et du comportement (agitation, syndrome confusionnel ou délirant) ainsi que des crises convulsives généralisées.
Ces cas concernent des garçons comme des filles, majoritairement des adolescents, le plus jeune ayant 12 ans, mais aussi de jeunes adultes.
Plus rarement, d’autres médicaments peuvent être utilisés, comme le dextrométhorphane, pour lequel une information aux professionnels de santé sur un usage détourné a déjà été publiée en novembre 2014, ou l’association paracétamol-codéine, dont la consommation abusive présente un risque supplémentaire d’hépatotoxicité.
Compte-tenu de ces éléments, l’ANSM a décidé d’adresser une mise en garde aux professionnels de santé ainsi qu’aux structures accueillant des jeunes. Un point d’information sera également diffusé sur le site de l’ANSM.
 
Pour plus d’informations cf lettre d’information ANSM_mars 2016_Mise en garde professionnels Purple drank vf_1